22 novembre 2009 13h30 : Colloque sur les questions trans’ et intersexes

festival "Tous les genres sont dans la culture" genre pluriels, novembre 2009 , Bruxelles

Le dimanche 22 novembre 2009 dès 13h30

Lieu : IHECS, 15 rue du Poinçon B-1000 Bruxelles

La journée du dimanche 22 novembre 2009 sera consacrée aux questions trans’ et intersexes avec Maud-Yeuse Thomas et Karine Espineira (Sans Contrefaçon), Stéphanie Nicot (Trans-Aide).

l'accueil, by Naïel



Max, Lo, tanguy, préparation, by Naïel







Max et Lo, by Naïel






  • intervention de Maud Yeuse Thomas

Maud-Yeuse Thomas et Karine Espineira sont les co-fondatrices (avec Tom Reucher) de l’association Sans Contrefaçon. Elles s’intéressent depuis plusieurs années aux problématiques croisées de genre, trans et féministes.

Maud, anthropologue spécialisée dans la question des représentations de genre(s) et de leurs traitements dans le champ médicolégal via des savoirs disciplinaires, présentera une comparaison ethno-anthropologique sur la notion du « troisième sexe social » en tant que médiation d’une pluralité des genres : l’exemple de la culture Inuit vue par un chercheur occidental, Bernard Saladin d’Anglure, et la matrice binaire soutenant une représentation pansexuelle. Dans son exposé, Maud examinera les translations dans cette recherche entre déterminismes de sexe et de genre pour comprendre comment le mythe croise les savoirs modernes pour en constituer une approche anthropologique et philosophique de vivre-ensemble.

http://www.genrespluriels.be/22-novembre-2009-13h30-Colloque

son intervention est disponible ici:
http://natamauve.free.fr/Saladin%20d%27Anglure.html

Maud-Yeuse et Tanguy, by Naïel

Maud-Yeuse, by Naïel


débatdans la salle





Maud-Yeuse Thomas en  couleur:by Naïel

ou




Maud-Yeuse Thomas en  N&B , by Naïel

 


Karine avant son intervention, by Naïel



  • intervention de Karine Espineira
Maud-Yeuse Thomas et Karine Espineira sont les co-fondatrices (avec Tom Reucher) de l’association Sans Contrefaçon. Elles s’intéressent depuis plusieurs années aux problématiques croisées de genre, trans et féministes.

Karine, spécialiste en communication, s’intéresse plus particulièrement aux représentations et aux traitements médiatiques des transidentités. Son exposé portera précisément sur quelques traitements et représentations du sujet trans en télévision.

publications:
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=26730


La transidentité, De l’espace médiatique à l’espace public, Paris, l’Harmattan, coll. Champs Visuels, 2008, 198 pages, 18 euros.

C’est à partir de l’opération de Christine Jorgensen en 1952 au Danemark, que le fait "qu’un homme puisse devenir une femme", après une intervention chirurgicale, entre dans l’esprit du grand public en raison de sa très forte médiatisation. Les identités trans’ sont alors loin de s’affirmer comme telles. Il faudra attendre la fin des années 80 pour assister à l’émergence d’une visibilité prenant une forme revendicative. Entre les deux, la psychiatrisation de l’identité.

Grâce à l’Internet, les transidentités ne sont plus isolées les unes des autres et ne rejouent plus la dramatique du changement de sexe comme une individuelle et éternelle première fois. Une mémoire s’élabore, se fixe et génère une culture. Leurs relations à l’information et l’identitaire questionnent tout autant. Cette recherche considère le groupe transidentitaire comme un monde social s’institutionnalisant dans un esprit multidisciplinaire à la lumière des sciences de l’information et de la communication, de la psychosociologie, de la théorie de l’engagement, de l’ethnométhodologie, de la sociologie de la traduction et de la communication instituante.

L’analyse du traitement télévisuel de la transidentité, considérée comme expression la plus singulière de l’identité, est-elle susceptible de donner des outils de lectures sur la construction des normes de genre au-delà de la transidentité ?

Doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nice Sophia-Antipolis, Karine Espineira a exercé professionnellement plusieurs années dans le champ de l’insertion sociale et professionnelle comme formatrice et chargée de communication. Cofondatrice de l'association Sans Contrefaçon, et réalisatrice de plusieurs courts métrages.


----

Contact Presse
Marie-Anne Hellian – Service de Presse - Sciences Humaines
Editions L’Harmattan - 7, rue de l’École Polytechnique 75005 Paris
Tél : 01 40 46 79 22 / Fax : 01 43 25 82 03 / marie-anne.hellian@harmattan.fr

,

Karine,avant son intervention, by Naïel





Karine,ça y est c'est à moi, No stress :) by Naïel



Karine, by Naïel





le public attentif, by Naïel


Aurore , by Naïel



des retrouvailles et débats passionés, Patrizia, Karine et Maud, , by Naïel


  • intervention de stéphanie Nicot (Trans-Aides)
pas de résumé , pas de photos autorisées...
http://www.trans-aide.com/

  • des débats après de manière informelle, des rires , ambiance détendue...

participantEs, by Naïel



Maud et Karine, petit moment de détente, by Naïel




Avec Max en pause clope, by Naïel



Maus by Naïel