naiel-workinprogress

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - picturesfromnowhere

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 10 décembre 2008

vieux post cynique du 25/10/2008 10/12/2008 à 20:52 |

vieux post cynique du 25/10/2008


vieux post cynique du 25/10/2008

vieux post cynqiue ecrit le 25/10/08...suite à une non conversation telephonique..mas que je suis en mesure de mieux comprendre maintenant

Je vais être très cynique dans ce post: le cynisme étant le seul moyen que je possède actuellement pour mettre à distance certaines paroles, pratiques de certaines personnes.

Ceci concerne une certaine personne qui se dit être mon amiE.

Mais cela s'est déjà produit...

Dans certaines relations, dont au moins une partie la définit comme Amitié, il y a une double injonction contradictoire:

Quand tu n'es pas au top de ta forme:

  • demande de l'aide, parle nous, surtout demande de l'aide....

  • quand tu demandes de l'aide on te reproche d'aller mal, et on t'enjoint à aller bien...

L'injonction à demander de l'aide semble rassurer ces personnes qui se déclarent être ton amiE, dans la mesure  où  le simple fait de dire « je ne vais pas très bien» les informe sur un « état » et du coup ne les prend pas au dépourvu quant à des éventuelles conséquences de ce « je ne vais pas bien ».Elles en prennent note, le range dans un petit coin de leur tête pour pouvoir après coup justifier un éventuel acte....

Que proposent-elles?

Elles proposent d'aller mieux , de sortir, mais sans jamais avoir le courage d'écouter vraiment l'autre...Elles mentent pour nous exclure d'une sortie potentielle...les personnes qui « vont mal » déteignent semblerait il...le « mal être serait-il contagieux..?

J'ai déjà expérimenté ces situations via le biais de la maladie, qui n'en est pas une aux yeux du monde médical, qui semble avoir tout pouvoir même sur les relations interpersonnelles...

Elles disent aussi: ne t'inquiètes pas , on est là ( le on est toujours vague, qui cela désigne t il?), on t'aidera dans des problèmes spécifiquement matériels et concrets comme re venir sur Paris...

Que de belles paroles, qui supposent l'implication d'autres personnes, à qui on n'a même pas posé le problème....

Comment avoir confiance dans ces personnes là? C'est impossible  et la boucle se referme, on est seulE pour tout...Mais quand on agit en tant que tel, on nous reproche de ne pas demander de l'aide: l'aide ne se demande pas, elle se propose ….

c'est ce que je pense et ait toujours pensé.

Mais ma naïveté quant aux relations humaines reste, malgré mon passage de romantique à pragmatique, mon mode d'appréhension des relations...

D'un autre côté , demander de l'aide est une chose très complexe puisqu'elle exige qu'on se déclare comme « allant pas très bien » , ce qui n'est pas forcement d'une aide quelconque, et qu'elle espère...

La réponse courante à la demande d'aide est « va mieux » et loin de nous...cela permet aux personnes de te classifier comme « allant mal » ce qui les rassure de te mettre dans une petite case, et de se dire que de toute facon ils n'y peuvent rien.

C'est le côté bonne conscience …

Après coller ces injonctions et leurs réponses dans un concept foireux qui s'appellerait amitié...cela  s'appelle juste de la malhonnêteté...et du peu de take care qu'on peut accorder à ses « amiEs »

L'amitié est un concept foireux, fourre tout qui est du même ordre que celui d'amour....

et je m'arrêterai là mais qu'on ne me parle plus jamais d'amitié ni d'amour....ce sont des paroles dans le vent...il n'y pas d'amour ou d'amitié juste des preuves ….



vendredi 28 novembre 2008

28/11/2008 à 01:54 |

quand j'etais ado j(avais lu un bouquin qui s'appelait"mes nuits sont plus longues que vos jours"...Today ce serait mes jours et mes nuits sont infinies...des moments d'irreversible douleur qui me font juste pleurer ...me donnent vraiment l'envie de partir...car rien ne rattrapera jamais ce gachis...à l'abrutissement que me procurent des masses importantes de medocs mais qui ne me font pas dormir...qui ne changent rien ..qui font juste supporter l'insupportable...un moment..
3 semaines ca peut etre tres court ...comme interminable...et la douleur augmente...
je vide l'essentiel de ma vie...de quelles vies de toute facon..?? jeter le passé ..faire le vide...aller jusqu'au bout....et partir...

mercredi 26 novembre 2008

26/11/2008 à 02:03

je ne peux plus m'accrocher...je ne rencontre que le vide ...je lache prise ...juste dormir...

dimanche 23 novembre 2008

23/11/2008 à 01:44

parce que je ne peux pas dire la douleur...ce gouffre qui me devore les tripes ...l'absence ...le manque de toi..;
parce que  cette souffrance est toujours solitaire...qu'il n'y a plus que le vide...le desespoir...le manque d'enrgie...
parce que "faire son deuil" est une belle connerie inventée par les psys...le deuil de quoi ? de la perte? je n'ai jamais rien possédé ...juste ressenti...
parce que plus de mots ...plus d'images...un trou sans nom qui m'aspire jour apres jour...juste un froid glacial qui vous transperce...il n'y a plus rien de doux...plus de chaleur..nothing ...nowhere...

ca ressemble peut etre à cela:

samedi 24 novembre 2007

MASTECTOMMIE after.............24/11/2007

MASTECTOMMIE after.............

lundi 19 novembre

journée longue, il est difficile de faire mes valises pour la clinique et ma convalescence; les informations venant de la ratp ne sont pas encourageantes, toujours aucun RER B , donc demain ce sera la voiture....

Derniers points à regler pour le site , pour que M. puisse continuer le travail pendant mon hospitalisation avec les bonnes informations, derniers papiers, appeler le boulot pour faire deplacer un colis . Cela n'est pas possible tout est automatisé...Cette admnistration serait elle devenue si moderne d'un seul coup...??.

Début de décompression aussi , du travail à "l'arrach " pour ce projet photos qui a pu être exposé à CIneffable,de tout ce que j'ai apporté et reçu pendant ce festival ,et de toute mon activité surdebordante ( j'adore ca) depuis les ueeh (jullet), et aussi retrouver des AmiEs au FGLP de Paris, être emuE par ce magnifique film " l'ordre des mots" ...

Essayer de gérer une relation , de ne pas essayer de clarifier la situation tout le temps, me retenir dans la tendesse et mon desir...car je ne perçois pas ce qu'il y a en face, essayer de ne pas tout exploser car je n'ai pas de feed back de ressenti...

juste, en ce moment , penser à moi, me preparer psychologiquement,physiquement...L'arret de la cigarette a duré 3 jours avec des reprises et des arrets, je suis toujours entre deux , l'angoisse me prend et la cigarette repart , alors pour ne pas me detester je me dis que j'ai quand même beaucoup réduit et que c'est dejà ça...

pas de someil pour moi cette nuit, trop speed, trop envie d'y être déjà, que ce soit déjà passé...et la peur aussi du même cauchemar qui me hante depuis quelques temps...En fait le chirurgien me fait juste ce qu'il y a marqué sur mon dossier "reduction mammaire "et non une mastectommie...

Mardi 20 novembre

J-1: je fais des bonds apres une tres tres courte nuit. j'essaye tant bien que mal de rassembler mes affaires, de ne pas oublier les papiers importants...Je regarde par reflexe le site de la RATP, trafic non assuré, donc voiture et aussi prevoir le temps des embouteillages assurés...

Je dois être à la clinique à 16h. Je decolle donc de ma banlieue vers 11H30 j'ai rv à 13H15 chez mon "amie" à Paris. Normalement, elle doit m'accompagner. Le souci est que sans permis francais et sans metro et bus il est quasimment impossible de revenir de la clinique. Elle commence à regarder pour revenir à pied...je lui dis qu'il vaut mieux que j'y aille toute seulE même si à ce moment , j'ai vraiment les boules.Je suis tout à fait capable de me faire hospitaliser toute SeulE et de m'assumer entierement, simplement j'aurais aimé sa presence......mais les greves ...

depart vers 14H15 pour la clinique seulE et en voiture. Arrivée un peu en avance, j'attends un peu dans la salle d'attente . il y a beaucoup de monde , visiblement un nouveau rush d'opéeés potentiels du nez des fesses de la cellulite entre aujourd'hui...

Une infirmiere m'emmene jusqu'à ma chambre, chambre individuelle non par choix, par obligation pour preserver le secret...Quelques questions , documents à remplir, je lui explique qe normalement j'ai une echographie et un ecg de prevu ...elle enregistre et me dit qu'elle va voir...

je m'endors crevéE , epuisée...

Je suis réveillée par un infirmier un peu bouledogue , qui vient me faire l'ECG, au passage il se fait engeuler par celle qui ammene le plateau repas vers 18H15. climat moyennenment serein...

L'ECG est nickel , mis à part le fait qu'il me dise detendez vous, j'essaye vainement de lui expliquer que je suis zen surtout pour un ECG , ca doit etre le 15OOOieme que je passe etque j'ai simplement une Fibromyalgie..."hein , c'est quoi , ca" " connais pas" et il continue sur le même discours...je laisse tomber. Il a fait son job, il sort, ouf pas tres sympa le bouledogue!!

je regarde mon repas: un potage froid, une omelette (?) tres tres jaune et des pates de la même couleur, un yaourt et une compote. V. avait raison tout est tres jaune un peu sapce, mais je mange car demain ce sera la diete...

je resort voir l'infirmiere assez coole pour l'échographie, vu l'heure , je me dis quils m'ont zapéE. au passage je lui demande la betadine pour la douche et l'hextril pour le bain de bouche. arf elle avait oublié le rsage aussi sous les aisselles...pour l'echographie elle me dit d'attendre que c'est prevu....

En fait je n'ai qu'une envie prendre ma douche à la betadine, me coucher  et dormir et ne me reveiller qu'apres l'operation.Le cardiologue vient me chercher vers 22H00, et on descend à sa consultation, il ont des horaires un peu sPAcesdans cette clinique . l'echo est ok et en prime je lui demande le nom d'un medicament dont on m'aparlé pour mes troubles cardiaques qui pourrait m'aider. miracle il le connait, il me file une doc dessus.

Retour dans ma chambre: avant la douche quelques photos avec le double miroir juste pour le fun. douche soignee avec la betadine , ca vous laisse une odeur de desinfectant partout c'est beurkkkkkk. Rinçage de boucheà l'Hextril. et hop medicaments habituels pour moi et depart avec la tele en sourdine pour le grand sommeil...



mardi 25 septembre 2007

chirurgie 25/09/07

chirurgie

Ca y est rendez vous pris pour la mammectomie, ce sera le mercredi 14 novembre...contente...hier je sautais de joie...

Discussion avec K. au telephone aujourd'hui...Pourquoi? Pourquoi enlever ces seins (pas si gros il est vrai!) avec lesquels j'ai plus ou moins vécu pendant 36ans? d'un point de vue politique , n'est ce pas plus subversif de garder ces seins et de se revendiquer"trans " au sens où je l'ai défini pour moi auparavant...ni Homme, Ni femme..., car aucun genre ne me convient dans cette societe et ne me conviendra jamis à part ce que j'aurais réussi à vivre en tant que personne.

effectivement, il ya des chances que dans la rue on me dise plus souvent monsieur, jeune homme, car jusque là souvent mes seins et mon visage de pres les ramenaient à madame...Cette necessité de toujours vouloir vous caser dans un binaire construit de toutes parts...Est-ce si difficile d'accepter de rester dans le doute..et de ne pas assigner à quelqu'un un genre...

personnellement,je ne veux ni être assimilée à un homme ni à une femme (en tant que genre)...je veux gommer tout les exacerbations d'un sexe ou de l'autre... peut être vers un ideal d'androgynie...sans seins je serai moi completement et sans hormones, moi Naïel et aussi Natacha ( je ne deteste pas mon nom ni le fait qu'il renvoie à un identite femme, mais Naïel est une revendication politique et un rappel du binaire qui nous bouffe, qui nous ronge)...

Tout le monde essaye de me proteger d'un soi disant effet de mode venant du "monde" FTM, mais je ne suis pas FTM et même chez les FTm, les nuances sont perceptibles et la binarité n'est pas le maître mot pour une petite partie...

prendre la decision de se faire operer ne se fait pas à la legere, et le oui l'emporte sur le non.

Mon physique sera plus en accord avec ce que je suis, certainEs tendent plus vers un physique d'apparence masculine et veulent un M sur leurs papiers ou un F , moi je veux juste qu'on abolisse le sexe sur les papiers...Ni M, ni F, Ni X... Degenrer le langage aussi qui est un outil puissant de politique... le Il ne me convient pas, le Elle non plus, alors je dirais just El (le elle sans ailes de Nexus)

Je me bats avec et pour les Trans' pour les nouvelles revendications d'une société non binaire,avec une partie des trans qui sont non invisisbilisés et réassignes à un sexe binaire...Tous ceux qui remettent en cause  les questions de sexe, genre et desir qui sont basiquement assujettis au schema patriarcal heterosexiste.

En bref je me bats contre les normes en place parce que je crois que des choses peuvent bouger , et je ne veux surtout pas être invisible ni assigné à un quelconque genre que ce soit...la societe serait prête je dirais "destroy genders" mais le chemin est loin et les consciences ( aussi dans le milieu LGBTQI) bien abruties...donc pour l'instant it's just "Fucking genders"...le passage par des identites mouvantes et instables est une étape ....

jeudi 30 août 2007

30/08/2007 à 08:10

30/08/2007 à 08:10




hier soir j'étais venue me défouler un peu sur ce blog mais internet et ses bugs ont eu raison de ce post...so maybe it could be like that:

Froid...Silence...retour...

Rêves d'ados ...vivre en communauté...refuser la solitude subie...croire...illusion/possible?..un mois et demi...rires...légereté sans superficiel...partage...complicités des sourires dans la nuit avancée...s'oublier un peu...pour s'ouvrir...à l'autre...aux autres...

internet...ordi...blog...bouchons...Back to Home...what kind of home...les pieds au sec...les yeux mouillés...Factures...Hopital...Cned...pas de convocation...oublier...renoncer/refuser...

Etrange Apparition ...Fin de séjour...Flasback 6ans avant...Coeur qui ne s'est jamais relevé...pas de mots...sourires de complicité...Amitié depuis...le coeur ne veut/sait plus aimer...Douceur...tendresse de caresses non esquissées...des mots plus jamais prononcés...legereté et douceur inchangées de ton regard...Tes absences identiques...sexe en pointillés...désir en absence...

Liens ...jamais prononcés...juste des posts abandonnés sur une table à l'aube...éphémères/durables...autour d'un feu...oubli de soi...présent aux autres...aux rires..à la musique...je me suis reconnue quelques temps...Espoir/illusion?

Projet en errance...délaissé pour...vivre...en gestation...manque de cohérence...ne repondant plus à mon éthique...renonceR/abandonner/recréer...

Invitation...no limit...le corps et la tête ont droit à leurs vacances aussi...les No limit de chacune si différents...Parler...Besoin...Montrer la différence...Militer pour...un autre Monde...moins communautaire...moins violent...moins binaire...

esquisses de désir ...vécus dans l'urgence...de vivre...désirs écorchés en manque d'objet...le corps malade s'absente un instant...et se jette dans le vide...Tristesse de nos manques respectifs de désir...et la morsure d'autres désirs à approcher...qu'on ne peut aborder...Noyés dans L'armagnac ...

Nuits/jours qui s'enchainent...pas de début...pas de fin...nos envies de vivre ne connaissent pas de cadre...s'étirent jusqu'au petit matin...se prolongent en textos ou en silences aujourd'hui...

alors cet été j'ai vécu...beaucoup vécu...embarquée vers le plus proche de moi...bercée par la douceur...la chaleur ...la force de nos rires...délires dont l'écho résonne encore ici...en moi...était ce la vraie vie/ma vie? je pense oui...juste être présent aux autres ...à un moment...pas plus ...pas moins...sans projection...juste être ...recevoir...donner...et repartir...

restent ces photos et ces sons qui tournent en boucle...


mercredi 29 août 2007

29/08/2007 à 22:45

 29/08/2007 à 22:45 

Froid...Silence...boule qui me monte du fond de mes intestins...boule dans la gorge...msn...ordi...bloggs...tchats...images et voix qui tournent en boucle...Etrange Apparition en Aout...retour en arrière...coeur qui ne s'est pas relevé...n'aimer que d'amitié...sexe...en pointillés...n'être que légèreté...Douceur des caresses non esquissées...de mots plus jamais prononcés...

Rêves d'ados attardé...reflechir...subir sa solitude...vivre ne communauté...Faux espoirs/illusions...se résigner...projet en suspens...trop reflechi pour ...na correspondant pas à mon éthique...renoncer/esquiver/remanier...

Factures...Hopital...Cned...pas de convocation...RV lundi...s'échapper...oublier...ne plus se souvenir...ne plus s'affronter...

Liens sans mots...Parfois des posts grifonnés...abandonnés sur une table à l'aube...Ephémères...Durables..."on voit"...

être ...là...présente au moment...pas plus...pas moins...Est ce la vie? Ma vie?

mardi 28 août 2007

Me and perhaps you..., and them 28/08/2007 à 02:31

Me and perhaps you..., and them

Je peux maintenant , alors que j'ai toujours refusé de me définir et d'être dans une case, accepter de me positionner dans un cadre tres tres large des "TRANSIDENTITES", au sens tres large du mot "TRANS"

Préfixe

trans /tʁɑ̃s/

  1. Indique l'idée d'aller au-delà ou par-delà

Transidentités pour moi inclut tout ce qui va au-delà des identites de genre binaires.

et je peux aussi me definir comme "TRANSGENRE" dans ce sens là:"Identités Transgenres [modifier]

Les personnes affirmant des idéntités transgenres expriment le sentiment profond que leur « genre » est différent de celui que la société leur assigne, en fonction de leur sexe physique. Ces identités transgenres peuvent prendre plusieurs formes : appartenance à un troisième genre, appartenance à deux ou plusieurs genres, appartenance à aucun genre, identité mobile et brouillage des frontières (queer), etc. Ces personnes se définissent souvent comme transgenres, non pas au sens général décrit dans cet article mais dans le sens particulier de ne pas s'identifier exclusivement dans l'un des genres socialement reconnus "

et aussi comme "intergenre":"Je suis d'accord avec Maud pour préférer "intergenre ou transgenre ou agenre" pour ceux qui sont hors du binaire homme/femme c'est à dire d'un point de vue politique ou militant. Le terme intersexe est inaproprié des lors qu'on parle d'homme ou de femme, qui sont des catégories autant comportementales et psychologiques qu'anatomiques".

donc je me peux me situer dans un cadre tres tres large des transgenre "non binaires" et je rejoins completement la pensee de Maud sur ce point , remettre la societe binaire en question, est ce qui me parait aujourd'hui essentiel pour faire avancer les droits de chacun sans stigmatiser d'autres minorités (http://natamauve.free.fr/Stima-queer/colloqueUeeh.html)

Je pense que les combats et revendications des "transidentités" non binaires sont les convergences des luttes de toutes les identites de genre , et peuvent permettre à chaque individu quelque soit soit son orientation sexuelle qui est differente de son identité de genre, de vivre son resenti et de s'épanouir dans une société dont les cadres de pensée seraient alors élargis et qui pouurrait commencer à réaliser que" l'ordre naturel des choses " n'est qu'une illusion créée de toutes pièces pour exercer un contrôle social et politique.

ce soir, ou plutôt cette nuit i'm too drunk to be clear, but i think that i can find a place into a open place : "TRANSGENDER NO BINARY" with a QUEER thinking

so bye bye it's time to take a gigarette and take a good glass of wine

samedi 25 août 2007

Me...25/08/2007 à 13:06

Me...


JE n'aime pas me définir, me mettre dans une case...j'ai d'ailleurs assez milité contre les cases dans lesquelles on pouvait me coller, "babybutch" m'a collé longtemps à la peau avec les discussions de préparation de l'essai "Butch/fem"( http://www.360.ch/presse/2001/07/butchsfems_un_combat_de_genre.php  )...

Je n'ai rien contre les Butch, je les respecte dans chaque identité différente qu'elles peuvent être certaines peuvent être très binaires, d'autres non...

Mais je n'ai pas ce ressenti de vie pour moi, ni celui très "bien pensant" d'androgyne dans lequel certaines "très queer" ont pu me caser...juste pour...

Pour quoi/pourquoi au fait cette nécessité de classifier , de ranger tout et tout le monde dans une petite case bien précise, dans une case "lesbonormée"( les ptites cases )...

Peut être juste pour se rassurer , pour identifier au premier coup d'œil quelqu'un, pour avoir ses repères bien solide et bien rigide...

Est-ce si difficile de de naviguer en eaux troubles en zones ambigües, non identifiables, difficilement nommables..?

Pour moi , ce fut difficile un temps, puis les rencontres diverses, mon travail photo (site photo) (Ni Rose Ni Bleu) m'ont amenée à me questionner sur mon genre, sur ma révolte contre toutes les normes ...

et après les années d'illusions , bercées par les croyances mythiques, comme un vieux refrain qui vous martèle de " chez les lesbiennes, c'est le paradis, un havre de paix, de respect, de différences de dialogues d'échanges , de rêves de couchers de soleil à deux devant la mer/e du Toujours...

Après cette vaste fumisterie, il y a la prise de conscience que chaque minorité/communauté recrée des Normes encore plus violentes et Excluantes que le monde "heterosexiste" et que si tu transgresses ces normes par ce que tu es, cette belle communauté vous donne l'envie de gerber, vous donne un certain goût pour l'enfer et ses damnations...

that's all for Today...



25/08/2007 à 00:30



Etrange  ce soir, je me retrouve face à des clones vivants de mon passé, comme si j'étais spectatrice de ce qui avait pu m'arriver, de ce qui avait pu me constituer à certains moments de ma vie...

Amer ressenti d'être moi avec mes failles et béances juste sous la peau, invisibles à qui ne regarde que son nombril, à qui se dit à l'écoute des autres, qui veut connaître l'histoire de chacune, prendre beaucoup et donner peu, comme des sangsues ...Goût d'amertume car avoir l'air forte , "sage", ce que je ne suis pas, vous classe tout de suite dans la catégorie des sans cœur, de ceux qui ne ressentent rien, ...alors qu'en cessant d'être une éponge , en préférant le rire qui en dit autant, qu’ aux  larmes je me retrouve en exil, passagère de déroutes multiplicatives, ...

Strange life, d'apparaitre aux autres comme un bloc de béton, celles qui me connaissent seront mortes de rire en lisant cela, le béton est du carton pâte, un coup et tout explose, les murs s'effritent plus vite qu'ils ne se construisent...

De toute façon , que je sois un gouffre béant d'émotions et de souffrances ou un rire géant qui se meurt, je suis toujours autant inadaptée à la société, aux relations (voir le tout premier post :rouge )http://picturesfromnowhere.neufblog.com/picturesfromnowhere/2005/09/feeling_so_sad_.html , alors qu'importe ma vie puisqu'elle n'est qu'éphémère et heureusement, qu'importe le regard des autres sur la "sans cœur" que je peux être, il me ramène juste à mon enfance ou l'esprit et le cœur bouillonnants d'émotions confuses et contradictoires, je vivais sous les regards "bienveillants" de "ceux qui ont du cœur et qui souffrent", pas de haine, juste un certain mépris...Vous connaissez "le moi je souffre , je suis fragile" et " toi tu es forte, rien ne t'atteint"...il a rythmé mon enfance mon adolescence (si j'en ai eu une) quelques pas d'adulte en gestation et il rythme toujours les regards qui me transpercent aujourd'hui " de ceux qui ont un cœur".

Comme quoi il vaut souvent malheureusement  mieux être une victime dans notre société qui construit de toutes pièces des postulants à ce titre, peut être un jour sur nos chaines de télévision célébrera t on la meilleure victime de l'année , la plus tragique, celle qui cumule le plus de déboires, celle qui arrive à faire d'un grain de poussière un psychodrame, une biographie vendue à des millions d'exemplaires à des milliers de lecteurs/spectateurs nourris à l'abrutissement intellectuel et émotionnel et à la psychologie version "Elle"...

Exil sur une belle terrasse dans le noir en sweat, la belle vie est là, il y a des étoiles, que m'importe où je dors ce soir, où je serai demain, peu importe tout compte fait qu'on m'aime ou pas, je ne serai jamais comme Elle, jamais à rêver l'amour et vivre l'enfer, l'humiliation, le dernier stade qui nous sépare des bêtes...

Je suis et reste un être de culture, je ne crois pas au naturel, je suis Naïel, contraction de Nat-il/el qui est un prénom construit et choisi, comme peut l'être cette putain de binarité qu'on pense "naturelle" et qui régit notre société. NaÏel est là pour vous rappeler qu'il n'y a pas de nature, seulement des constructions sociales, politiques, culturelles...

And Naïel is a fucking transgender who likes fucking and be fuckeD

jeudi 23 août 2007

correspondance 2 23/08/2007 à 12:39




I know that...je connais l'autodestruction...mais je ne sais pas si t'accorder 10 jours d'excès après les traitements est un péché...tu m'as toi même dit que je devrais moins boire avec mon rivotril , lol, et je n'ai pas aimé, car j'estime que moi tout comme toi j'ai le droit de m'absenter de mon corps de temps en temps et de vivre même si c'est dans l'excès, je sais que j'arriverai peut être à me récupérer...


Mais tu sais comme moi que beaucoup de personnes ici masquent leurs souffrances leurs béances derrière la fête et les lendemains amers des gueules de bois...et elles sont néanmoins perceptibles approchables...juste ce qui fait de nous des êtres humains...
Après beaucoup de personnes s'autorisent à vivre pendant 10 jours à fond, au bout de leurs limites car il y a un cadre malgré tout...ce n'est pas la vie réelle...juste un possible pendant 3 semaines...juste une illusion vécue, partagée, retrouvée, comme quand on était ados et que tout semblait possible...ce ne sont pas des rêves de toute puissance juste des instants d'abandon de soi aux autres , à la tendresse, à la chaleur, aux rires partagés, au vécus non dits mais ressentis...peut être un ressourcement, une autodestruction, un espace de débauches , un rêve d'enfant ...chacune y prend et y trouve ce qu'elle veut ou peut...avant de retourner avec ce possible dans le cœur dans sa vie...
Moi cet été j'ai pu vivre dans autre chose que la souffrance, que le mal être, que les automutilations, les pompiers, les TS, et je crois que peut-être pour certaines c'est de l'autodestruction, mais pas pour moi, JE SUIS et JE VIS, et autour de moi je fais souffrir beaucoup moins de personnes en étant dans cette vie, en étant un peu plus légère que quand je reste en moi, mutique, et où j'ai vraiment envie de me faire du mal...là j'ai tout simplement envie de me faire du bien et d'être bien avec les autres aussi...
So amen pour les péchés
baisers
Naïel

ptite photo où la maladie s'autorise à se montrer et à s'aimer dans la tendresse d'un regard , d'une émotion...

23/08/2007 à 09:50

23/08/07






Je ne sais pas si le péché de chair existe...?

En tout cas personnellement, je l'ai remis à sa place dans les normes et les tabous de notre superbe société occidentale.

Désirer un autre corps relève-t-il de la vanité?

Avoir envie de prendre des vacances de l'hôpital, de la maladie, de s'absenter de ces corps malades que nous possédons est il si terrible...

La société bien pensante nous fait croire qu'être malade est un état qui condamne et qui implique un malheur, une asexualité, une impasse à tout désir, à toute tendresse.

Avoir un corps malade est une pseudo identité qui nous tombe dessus, qui nous met dans une norme, comme toujours, or nous ne nous résumons pas à cela ...d'autres identités existent en nous et j'aime à croire que certains jours certaines nuits, quelques effusions de tendresse, d'amour, de sexe ,d'alcool...mettent cette identité au placard comme une vieille chose qu'on a trop souvent portée, qu'on jette pour une nuit, pour pouvoir vivre tout simplement...

kissZ

And take care

Fucking norms forever

Naïel

mercredi 22 août 2007

LE POUY 22/08/2007 à 13:02

LE POUY 22/08/07

Cela fait trois jours que notre séjour déjà prolongé est terminé ; trois jours entre départs, démontages de tentes sous la pluie battante, rassemblement de soi avant…avant de reprendre le chemin de la vie « réelle », son propre chemin, sa propre vie...

Depuis le 8 juillet que je vis en collectivité, avec tout ce que cette vie que j’ai toujours affectionnée et qui me manque en région parisienne , il semble temps de rentrer, de garder au fond de mon cœur cette chaleur, ces possibles esquissés, ces rencontres sans violence, juste un immense flot de tendresse, de respect , d’amour, de rires, de sourires, de complicité qui a su rendre nos failles si belles (sans drames et sans regrets)…Car chacune s’est ouverte aux autres , au-delà des normes de l’amour « traditionnel » , dans des configurations improbables aux yeux du commun des mortels, dans un espace temps que nous avons créé …

Nous ne ressortons pas indemnes de cet espace temps relationnel merveilleux que nous avons vécu créé et entretenu…et tant mieux nous repartons avec cette chaleur qui bouillonne en nous, avec cet  immense espoir de « paix et de tendresse » sans limite…avec l’espoir toujours renouvelé d’y croire encore…et encore……


lundi 2 juillet 2007

ne plus se voiler la face: condamné à perpétuité... 02/07/2007 à 23:51

ne plus se voiler la face: condamné à perpétuité...

plein de choses à dire, plein de révoltes, d'humiliatons recurrentes, de souffrance,bombes sur la fibro, la vie en bas débit, le silence, le bruit, l'envie de lâcher prise ...mais pas ce soir pas envie d'écrire la plainte, la lucidité, la blessure à vie, à mort, la condamnation à perpet...

just a picture...for this fucking life i don't want anymore

jeudi 23 novembre 2006

IPSO : Infinie Protection des Sans Ombre.... | 23 novembre 2006 | 26 novembre 2006 11:13:17

IPSO : Infinie Protection des Sans Ombre.... | 23 novembre 2006 | 26 novembre 2006


aller dans un institut spécialisé dans les maladies ayant un rapport avec la psychée pour se faire aider, trouver un fil...enfin le retrouver..., chercher une aide pour mettre en place des moyens personnels pour vivre"avec " la maladie...chercher un peu de soleil, d'espoir quelque part....et y trouver ça:



Un grand Chef de Service qui vous regarde de haut avec son assistant qui ne se présente même pas, ...Mr le Chef de Service a décidé d'ignorer la maladie...le désespoir...les suicides...les mutilations...l'urgence de la demande ...pour attaquer sur le problème du genre, tellement plus facile et visible...forcement tous les problèmes viennent de là...c'est non conforme à la différenciation sexuelle qui est à la base de notre société et de la psychanalyse...



Feindre de me prendre pour un garçon, me laisser parler une demi-heure, puis me poser des questions incongrues, pour me faire dire mais , je suis une fille...le faire répéter deux fois , et me demander ce que je ressens à ce qu'il me prenne pour un garçon gay..;sourires...pense-t-il que je suis assez conne pour ne pas voir sa manipulation perverse et pour faire de mon apparence une déficience, une anormalité qui engendre toute ma difficulté à vivre; à survivre avec la maladie...



alors, je lui ai répondu :"rien", que personne ne me prenait pour un garçon de face et quand je parlais....silence..."et vous savez que vous renforcez votre masculinité par votre apparence" ... pauvre con, masculin féminin ce sont vos normes à la con! C 'est pas pour ça que je suis là!



lui n'entendant que ce qu'il veut entendre, la non conformité d'un genre à son assignation sexuelle...et moi lasse d'entendre ces conneries qui sont hors sujet dans ma demande...



Alors MR le grand somaticien, là il faut que je parte, mais tout à l'heure je prendrais mon téléphone pour vous dire ce que je n'ai pas pu dire hier, par lassitude, par emmêlage de noeuds, par non attention de votre part à ce que je suis et pas à ce à quoi je ressemble....et en attendant je vais à mon RV et je vous emmerde!!!



Tous les psys ne sont pas comme vous, heureusement, par malheur vous formez des gens à votre vision réductrice de l'être....vous poussez les gens au suicide par votre discours normalisateur...heureusement mon désarroi s'est transformé en colère ce matin ...tchao à toute à l'heure au tel!


mardi 21 novembre 2006

No Words Unly Pictures... | 21 novembre 2006 |11:12:16

lundi 20 novembre 2006

untitled | 20 novembre 2006

dimanche 19 novembre 2006

solitude virtuelle untitled 19/11/06

samedi 22 octobre 2005

dream of a human world... 22/10/2005 à 11:10

dream of a human world...



Empty spaces...

eyes and heart full of tears

shouting fever life

in this cold world...

what are we living for...?

Trying day after day

to become what i'm

looking for humanity

in this cold world...

Is there a reason to hope?...

a reason to dream of a better world, of an human world?...

- page 1 de 2